Mercredi 25 mars à 19h – rencontre avec Laurence Nobécourt autour de son livre le chagrin des origines

laurence naubécourt

L’association 3 patttes à un canard et Le LEM organisent en collaboration avec la librairie l’Abri du temps une rencontre avec l’auteure Laurence Nobécourt autour de son dernier opus “le chagrin des origines”

Laurence Nobécourt ne se paie pas de mots quand elle nous dit que l’écriture l’a sauvée : ce récit est un brûlant hommage à cette « voie du verbe » qui permet de se rapprocher de soi-même et de donner sens à la vie. Elle nous donne en partage les moments initiatiques vécus, autant de jalons sur cette voie escarpée : le corps exsudant la souffrance psychique; la quête perpétuelle du pourquoi de ce « chagrin des origines »; les années douloureuses à vouloir se perdre dans l’addiction; l’aspiration de la mélancolie mais aussi les lectures, gages d’ouverture de la ligne d’horizon; une nuit fondatrice sous l’emprise d’un champignon hallucinogène, où lui est révélée la réalité d’un monde qui n’est qu’amour – et qu’elle n’aura de cesse de retrouver dans l’écriture…

Dans cette prospection intime dont Laurence Nobécourt nous décrit les aléas, les rêves meurtris, les illusions et les éblouissements, une âme se met à nu sans tricher, toujours guidée par une foi aussi libre que fervente- et communicative.

 

Laurence Nobécourt

Laurence Nobécourt, dite Lorette Nobécourt, est une femme de lettres.
Née dans une famille bourgeoise à Paris, Lorette fait sa scolarité chez les Ursulines. Elle s’y sent un moment une vocation de religieuse mais l’attitude des soeurs en désaccord avec sa conception de la religion l’en dissuade. Après son baccalauréat et une expérience théâtrale, elle intègre une école de commerce, puis entre à l’École de journalisme de la rue du Louvre.
Elle devient rédactrice en chef de Trouvailles, magazine d’antiquités et de brocante au tirage confidentiel. Elle est remarquée avec son premier roman “La Démangeaison”, publié en 1994 aux éditions Sortilèges, qui raconte l’eczéma qui la fait souffrir depuis qu’elle a trois ans.
Le corps est omniprésent dans ce livre, ainsi que dans “L’équarrissage”, essai sur la conscience physique de la mort, publié dans les Inrockuptibles en 1997, et dans “La Conversation” (lui apportant le succès en 1998), dont l’histoire se déroule en une nuit, entre whisky et fantasmes, où Irène confesse ses chagrins et ses douleurs.
En 1999 sort “Horsita”, un livre à voix multiples où Hortense part à la recherche de la vérité sur le passé de son père durant la Seconde Guerre Mondiale. Suivent “Substance” en 2001 et “Nous” en 2002.
Cette même année, Lorette quitte l’homme qu’elle aime, Paris, son appartement et ses meubles pour s’installer, avec sa fille (née en 1994), à la Villa Médicis à Rome. Un exil qui l’a transformée et où son livre, “En nous la vie des morts” (2006), radicalement différent, a germé.
Depuis vingt ans elle signait ses romans Lorette Nobécourt. En 2013, elle a retrouvé son prénom de baptême, Laurence, et décide de signer ses livres à venir.
Elle vit dans un village de la Drôme depuis 2007 et anime des ateliers d’écriture.

Pour réserver, c’est ici

Entrée gratuite - Réservation conseillée
Mercredi 25 mars à 19h
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail