Fête de clôture de saison – Space Alone & ciné-concert La Grève – 8 et 9 juin à 20h

Pour son dernier rendez-vous avant l’été, le LEM vous invite dans sa cour à une soirée musicale le vendredi 8 et samedi 9 juin à 20h avec des concerts et un ciné-concert.

  • La soirée sera introduite par un court concert de Tristan Michelin au saxophone après l’ouverture des portes.
  • Elle continuera avec  un concert de Space AloneSes débuts musicaux se sont faits sur la scène rock-métal, à se produire dans les bars et les caveaux. Sa rage et son chant écorché ont néanmoins évolué vers les couleurs du folk. Guitariste autodidacte, sa force n’est pas tant dans son instrument que dans ses mélodies qui accrochent l’âme et pénètrent les entrailles. Ses chansons aux allures simples et sombres nous convient à un voyage emprunt de mélancolie.

 

  • Suivra une projection en plein air de La Grève de Sergueï Eisenstein (1924) accompagnée par le pianiste Pierre Boespflug. Cet élément du patrimoine cinématographique prend tout son sens à la lumière de l’actualité.

Dans la Russie tsariste, les ouvriers d’une usine se mettent en grève après qu’un des leurs se soit suicidé pour une fausse accusation de vol. Les pouvoirs en place feront tout pour provoquer les grévistes et mener une sanglante répression.

“Une fois en possession du thème de La Grève, Eisenstein exigea que nous nous rendions sur place dans des usines, voir des ouvriers, discuter avec eux et faire parler des vieux révolutionnaires. Les matériaux – une masse considérable – rassemblés, Eisenstein pratiqua un tri, puis écrivit son scénario. Il travaillait aussi bien la nuit que le jour, gardant toujours, à côté de son lit, un cahier et un crayon. Il écrivait tout à la main, illustrant lui-même chaque plan. Qu’il s’agisse de théâtre ou de cinéma, il se comportait toujours comme un ingénieur, ne négligeant aucun détail. Ses réalisations étaient pareilles à des machines dont chaque rouage a son impérieuse raison d’être et sa signification.” (Maxime Strauch / Les Lettres Françaises / 28 août 1958)

Copie issue des collections de la Cinémathèque de Toulouse

Pierre Boespflug : Après des études classiques, il s’oriente vers le jazz et les musiques improvisées ; suit les cours de l’IACP et du CIM en 1983 ; participe à de nombreux stages, notamment avec Richie Beirach, Dave Liebman, Didier Levallet et travaille l’improvisation avec Eric Watson. Multipliant les rencontres avec des musiciens d’univers très différents, il est actif sur la scène nationale et internationale.

Tarifs : 15€ / 9€ / 7€ / 5€ (jauge limitée, réservation conseillée)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail